Comment gérer les eaux pluviales pour une toiture de terrasse

Gestion des eaux pluviales pour une toiture terrasse

Actuellement, les toits-terrasses deviennent une tendance dans la construction immobilière. En plus d’apporter une touche contemporaine à une maison, elles permettent de gagner des mètres carrés supplémentaires et de créer des espaces de vies, le plus souvent consacrée à la détente. Cependant, en raison de leurs structures plates, les toitures terrasses sont plus aptes à recueillir et à stocker les eaux des pluies, ce qui peut avoir des effets dramatiques impliquant des réparations onéreuses. Ainsi, il est particulièrement important pour ce type de toit de gérer les eaux pluviales, d’éviter la stagnation d’eau et de construire les installations nécessaires pour les évacuer.

Quelles sont les installations d’évacuation des eaux de pluies ?

En réalité, une toiture terrasse possède une légère pente pour permettre d’évacuer les eaux de pluies par des orifices prévues à cet effet en bas de sa pente et raccordés à un tuyau de descente. Ces installations peuvent être faites de différentes matières et en différentes dimensions afin de réaliser un écoulement efficace et étanche.

Les dispositifs d’évacuation des eaux pluviales sont composés de deux principaux types d’ouvrages :

  • Les ouvrages de collecte : les chéneaux et les caniveaux
  • Les ouvrages d’évacuation : les entrées des eaux pluviales ou EEP et les trop-pleins ou TP (ex : drain de toiture)

Les ouvrages de collecte

Ce premier type d’ouvrage assure la collecte des eaux de pluie dans une installation précise spécialement conçue pour éviter la pénétration de l’eau.

  • D’abord, les chéneaux sont des conduits (en béton armé ou en métal) collectant les eaux pluviales à la base d’une toiture inaccessible ou entre deux versants pour en permettre l’évacuation vers les tuyaux de descente ou les gargouilles.

Quand ils sont posés entre deux versants, les chéneaux sont dits encaissés et ne peuvent être installés que sur les toitures qui possèdent des éléments porteurs en maçonnerie. Par contre, les chéneaux en saillie du plan vertical du mur ou en encorbellement peuvent être installés sur tout type d’élément porteur d’une toiture, qu’il soit en maçonnerie, en métal, en bois ou en contreplaqué.

  • En ce qui concerne les caniveaux, ce sont des pièces de construction qui permettent de canaliser l’eau de ruissellement en saison pluvieuse. Généralement installés à l’extrémité de la pente d’une toiture accessible, ce sont les installations qui servent à réceptionner les eaux de pluies et à les expulser. Avec les mêmes compositions et dimensions que les chéneaux, ils sont recouverts d’une grille de protection amovible pour faciliter l’entretien de la circulation.

Remarque : pour l’isolant des ouvrages de collecte des eaux pluviales, on préfère choisir les isolants thermiques surfacés bitumes qui permettent la pose de l’étanchéité par soudage.

Les ouvrages d’évacuation

Comme leur nom l’indique, les ouvrages d’évacuation contribuent à l’évacuation proprement des eaux de pluies collectés. Il existe deux types de dispositifs d’évacuation : les entrées d’eaux pluviales et les trop-pleins.

  • Les entrées d’eaux pluviales ou EEP (ex: drain de toit) sont des équipements qui servent à évacuer l’eau en les acheminant par des tuyaux descendants. Elles sont généralement constituées de deux parties : une platine collecte l’eau et un moignon (de forme cylindrique ou tronconique) raccorde les entrées aux descentes. Les EEP peuvent être soit « en fond de noue » et conduisent les eaux directement dans des descentes d’eaux pluviales, soit « en déversoir » (latérales) et conduisent les eaux dans une boîte à eau extérieur.

Dans le cas général, chaque EEP peut collecter les eaux d’une surface pouvant atteindre les 700 m2. Cette surface de collecte diminue si l’EEP est en déversoir ou si les éléments porteurs d’une toiture sont en acier.

Remarques : Afin d’éviter l’entrée des débris qui bloque l’écoulement des eaux, les EEP doivent être couvertes d’une grille, d’une crapaudine ou d’une garde-grève.

Par ailleurs, une évacuation des eaux optimale et sécurisé nécessite que l’installation des EEP respecte des normes qui touchent la distance maximum entre deux dispositifs (entre 20 et 30m).

  • Le trop-plein lui, est un système de sécurité qui permet de réguler le niveau de l’eau collecté. Ainsi, quand une surcharge de votre évacuation principale survient, il évacue le surplus des eaux de pluies. En d’autres termes, il s’agit d’un dispositif d’évacuation automatique qui évite le débordement et les inondations. Il est à implanter à travers un acrotère.

Remarque : quelquefois, des feuilles et des brindilles peuvent empêcher l’écoulement des eaux, ce qui provoque la stagnation de ceux-ci sur votre toit. Pour y remédier, vous pourrez associer les trop-pleins avec les EEP. Ainsi, si l’évacuation principale était bouchée, le trop-plein serait juste à quelques centimètres de la surface pour évacuer les eaux qui débordent.

Les toitures terrasses à retenue temporaire des eaux pluviales ou toitures stockantes

Pour éviter la stagnation des eaux de pluies sur une toiture en terrasse, l’évacuation peut se faire par vidange ou par évaporation et évapotranspiration. Cependant, lorsque vient les fortes pluies et les intempéries, un seul dispositif d’évacuation pourrait ne pas être efficace. Pour y faire face, vous pouvez combiner les deux techniques en utilisant l’évacuation par écoulement et en ajoutant le système de retenue temporaire des eaux pluviales ou « toitures stockantes ».

Cette seconde solution permet de filtrer les eaux de pluies en les retenant temporairement dans une couche juste en dessous de la surface de réception et en les évacuants par évaporation ou par évapotranspiration.

Il existe deux types de toitures stockantes :

  • Les toitures graviers qui stockent les eaux pluviales dans la couche de gravillon. Pour être parfaitement étanche, la couche de gravillon doit au moins mesurer 4 cm, sachant que sa capacité de rétention d’eaux est égale à la moitié de son volume. Elles sont recommandées pour les toitures complètement plates (à pente nulle), inaccessibles et sans installation technique telles que chaufferies, les dispositifs de ventilations mécaniques et les capteurs solaires.
  • Les toitures-terrasses végétalisées qui stockent les eaux pluviales au niveau des substrats végétaux. Plus le substrat est épais, plus la capacité de rétention d’eaux augmente. Elles sont conseillées pour les toitures à pente nulle et dont l’élément porteur est fait de maçonnerie.

Remarque : pour être à 100% de leur efficacité, le système d’évacuation des eaux pluviales par rétention a besoin d’un minimum de rayonnement solaire pour permettre l’évaporation (au moins quelques heures par jour). Aussi, la toiture-terrasse doit être inaccessible pour les piétons et les véhicules afin d’optimiser l’évaporation de l’eau retenue.

Rédiger un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *